Les archives sont souveraines ; elles dédisent ici trois siècles de littératures qui n’ont point fait usage d’elles. Ou si peu. La chaîne des jours de l’homme au masque de fer fut autant une énigme qu’un drame, traversé de douleur, mais désormais un immense corpus d’archives lui rend une justice bien tardive et confère à sa vie une portée politique considérable : premier-né de Louis XIV adolescent (1655), ce petit garçon métis est le potentiel héritier du trône du plus puissant royaume de l’Europe de ce siècle-ci.

Pour la toute première fois, les plus riches archives au monde (les Archives secrètes du Vatican, selon leur dénomination officielle, fortes de plus d’un milliard de documents) offrent leur lumière à la plus célèbre énigme de l’histoire de France. De même, est sans précédent la quête de l’homme au masque de fer dans les archives des pays suivants : Allemagne, Angleterre, Autriche, Espagne, Grèce (archives de Corfou ; non comptabilisées), Inde (documents portugais laissés à Goa), Italie (les recherches antérieures s’étaient limitées à quelques bribes du Piémont), Malte, Pays-Bas, Portugal, Suisse et Turquie (documents de l’empire ottoman).

couverture-a5v33-1(Couverture créée par Jean-Paul Denise)

PDF consultable sous peu…